Louveteau - Zoo de Berlin, 2005
jeudi 25 mai 2017

La Seine Musicale : "Philippe Jaroussky and Friends"

La Seine Musicale, située sur l’Île Seguin, où se trouvaient anciennement les Usines Renault, a été inaugurée il y a environ un mois.



Conçu par le Japonais Shigeru Ban et le Français Jean de Gastines, cet édifice aux allures de long bateau ouvert au monde, accueille un auditorium de 1150 places dédié à la musique classique et contemporaine et une grande scène (La Grande Seine) d'une capacité de 6000 places debout/assis et destinée aux musiques actuelles.

Dans le cadre de l'ouverture de la Seine Musicale, Philippe Jaroussky a créé son académie musicale, un programme d'actions pour permettre à tous l'accès à la musique classique. Ainsi, l'Académie Musicale Philippe Jaroussky vise à favoriser la mixité sociale et l'accessibilité à la musique classique, en proposant un enseignement gratuit et le prêt d'instruments et l'organisation de concerts.

Le concert du 23 mai 2017 "Philippe Jaroussky and Friends" était l'occasion d'inaugurer cette académie et de découvrir le magnifique auditorium lové à l'intérieur d'un nid en bois tressé avec des panneaux photovoltaïques en forme de voile qui se déplacent à l'extérieur selon la position du soleil.

Un concert qui mettait en première partie des jeunes talents à l'honneur et qui réunissait en deuxième partie Philippe Jaroussky et ses amis musiciens (mezzo-soprano, violon, alto, violoncelle, clavecin, piano).

Un très beau programme où joie, humour, tristesse se mêlaient et s'alternaient dans des interprétations d’œuvres lyriques très joliment mises en scène.





















Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ou à inscrire vos commentaires ;)


Je vous invite également à suivre mon blog en indiquant votre adresse email (Follow by email), afin de recevoir chaque nouvel article publié ! Merci ;)


dimanche 30 avril 2017

Visite au Musée Jean-Jacques Henner - Paris 17ème

Le Musée Jean-Jacques Henner, fondé en 1924 et qui a réouvert récemment, est un ancien hôtel particulier dans lequel vivait le peintre Guillaume Dubufe (1853-1909).




Situé sur le boulevard Malesherbes, il présente les œuvres de Jean-Jacques Henner (1829-1905) peintre originaire d'Alsace qui a séjourné de 1859 à 1864 à la Villa Médicis à Rome, travaillé en atelier à l'époque de l'impressionnisme et est surtout connu pour ses portraits et nombreux nus féminins.

Les portraits de Sainte Fabiola et de la Comtesse Kessler, toutes deux aux chevelures rousses, ont particulièrement marqué sont oeuvre.

Sainte Fabiola - Jean-Jacques Henner

Comtesse Kessler - Jean-Jacques Henner

Le salon néo-Renaissance du rez-de-chaussée, avec son jardin d'hiver, évoque ce qu'était la vie artistique dans la Plaine Monceau sous la troisième république, où vivait un grand nombre de peintres et artistes célèbres.

















Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ou à inscrire vos commentaires ;)


Je vous invite également à suivre mon blog en indiquant votre adresse email (Follow by email), afin de recevoir chaque nouvel article publié ! Merci ;)

vendredi 16 décembre 2016

A la découverte du Vietnam à moto

Mon premier road trip à moto m’a permis de découvrir le nord du Vietnam avec Hanoï comme point de départ. Le permis moto en poche depuis 4 mois, c’est non sans quelques interrogations que je me suis lancée dans cette aventure, les commentaires par ci par là évoquant souvent le danger de la conduite d’un deux-roues au Vietnam. Finalement, ce voyage a été palpitant, un enchantement de bout en bout, une occasion de progresser dans la conduite et il m’a convaincue que la moto est le moyen de transport idéal pour aller à la rencontre des habitants de ce pays magnifique et très attachant.


Près de 1000 km parcourus sur une Minsk 125cc

Cette jolie moto biélorusse de style vintage, parfois capricieuse au démarrage, avec son kick à actionner, m’a vaillamment menée sur les routes vietnamiennes, alternant des pistes caillouteuses et sablonneuses, des longues nationales traversant les villes, et des belles routes de montagnes aux multiples virages offrant une vue plongeante sur les terrasses de rizières. Je n’oublierai pas les visages souriants des enfants qui nous accueillaient joyeusement avec un « Hello » le long des routes des villages. Dans les campagnes et hameaux de montagne, nous avons croisé pléthore d’animaux partageant généreusement la route avec nous : buffles, cochons noirs et roses, poules et coqs, canards, oies, chèvres, chiens, chats…

















Hanoï, une ville bouillonnant d’énergie

La plus ancienne capitale d’Asie, avec ses 8 millions d’habitants de moyenne d’âge très jeune, est une ville incroyable au charme désuet irrésistible. Avec ses échoppes débordant sur les trottoirs, ses dédales de ruelles commerçantes organisées en corps de métiers (bijoux, quincaillerie, bambou, cuir, soie, chaussures, fleurs, lampes…), ses câbles électriques comme des longs spaghettis ou nouilles de riz pendant au-dessus des rues, ses tables et chaises miniatures permettant aux badauds de se ragaillardir avec un « pho », le plat traditionnel populaire vietnamien, elle évoque les anciennes villes qui jalonnaient la route de la soie.

C’est avec bonheur et un émerveillement permanent que l’on parcourt Hanoï qui semble ne jamais dormir. On se balade dans le vieux quartier, à la circulation dense et l’animation continue, aux maisons étroites, colorées et étirées sur plusieurs étages, imbriquées les unes dans les autres, dans la rue Ma May et ses alentours accueillant des centaines de petits bars et restaurants où l’ambiance festive est à son comble dès la tombée de la nuit, autour du lac Hoan Kiem apportant fraicheur et repos en centre-ville, dans le quartier français composé de larges avenues bordées d’arbres, de magnifiques villas Belle Epoque et de jolis cafés aux styles très variés.











La parade des deux-roues à Hanoï

La particularité d’Hanoï c’est aussi son trafic dense constitué majoritairement de deux-roues. Les voitures, accessibles seulement à une frange aisée de la population, sont encore minoritaires. Les rues sont donc principalement envahies par une horde joyeuse de motards circulant sur des scooters et petites motos semi-automatiques. Toutes les configurations sont permises : en solo, en couple avec la femme assise en amazone à l’arrière et pianotant sur son smartphone, en trio d’amis, en famille avec le bébé debout à l’avant, le père au guidon, le deuxième enfant puis la mère à l’arrière, en cargaison (échafaudage de cartons, sacs…d’une volumétrie impressionnante). Le casque est théoriquement obligatoire. La mode des motocyclistes d’Hanoï c’est un petit casque ressemblant à une casquette, proposé dans de multiples coloris et motifs, notamment des casques Hello Kitty pour les filles, où un petit trou à l’arrière permet de faire passer la queue de cheval ;)

Ici le clignotant est rarement utilisé, il est remplacé par le klaxon qui donne l’ambiance sonore à la ville : deux coups de klaxon pour doubler… La règle de base pour conduire à Hanoï « en toute sécurité », c’est de ne pas respecter les règles : conduite en sens inverse, démarrage au feu rouge, doublement par la droite, pas de priorité à droite. Vu de l’extérieur cela semble impossible, mais une fois dans le flot, on se prend au jeu avec un vrai plaisir, pas mal d’adrénaline, et on s’aperçoit que ce joyeux trafic  est finalement  réglé par des valeurs communes : le calme, le respect et l’attention à l’autre, la souplesse et l’ingéniosité. Il se dégage de cette masse circulant comme sur un grand terrain de jeu quelque chose de très positif, joyeux et même harmonieux.








Un road trip avec plusieurs moyens de transport

Notre circuit à moto, organisé par La Compagnie Bourlingue (implantée depuis 20 ans au Vietnam) et proposé par la start up française Planet Ride, était l’occasion de voyager avec différents moyens de transport : moto, barque, train, minibus, bateau. 

Ce road trip avec un guide vietnamien francophone nous a permis de parcourir le nord du pays hors des sentiers battus et circuits touristiques et d’aller à la rencontre des habitants et à la découverte des paysages fantastiques du Vietnam : champs de plantation de thé, montagnes luxuriantes, rizières en terrasses, grottes immenses tels des musées naturels avec leurs formes et statues de stalactites et stalagmites, lacs immenses et rivières sauvages…
















L’hospitalité des Vietnamiens et la délicieuse cuisine

Les Vietnamiens sont souriants, calmes, chaleureux, attentionnés et très serviables. Ils sont attachants et c’est avec les yeux brillants que l’on quitte ce pays en se disant qu’on n’imagine pas ne pas y revenir un jour.

Le partage des repas avec les habitants était un moment privilégié et particulièrement agréable, l’occasion d’être en immersion totale dans la vie locale. Chaque repas se devait de commencer par le fameux verre d’alcool de riz ou de maïs, à boire cul sec, en guise d’accueil et de bienvenue.

La découverte de la cuisine vietnamienne est un pur bonheur, composée de plats très variés aux saveurs attisant l’appétit : légumes (choux frisé, choux rave, bambous, haricots, petits pois, choux blanc, brocoli, oignons, carottes…), tofu grillé, poisson grillé, omelette, viandes relevées (poulet à la citronnelle, porc caramélisé…), nems savoureuses et croustillantes, et évidemment l’excellent riz vietnamien. Une cuisine variée et équilibrée, où il n’y a pas de pain, de fromage, de sauces au beurre ou crème fraiche venant alourdir l’estomac, pas non plus de desserts riches en cholestérol, puisque nous terminons la plupart du temps le repas par des fruits (petites bananes gouteuses, fruit du dragon, ananas, pastèque, orange…) et ensuite par des petites tasses de thé vert. Pas étonnant que les silhouettes des Vietnamiens soient généralement fines ;)














Le Vietnam : 92 millions d’habitants répartis en 54 ethnies

86% de la population est composée par les Viet (Kinh), l’ethnie majoritaire.  Vietnam signifie « le pays des Viet au sud de la Chine » (Nam = Sud). Le reste des habitants représente 53 ethnies minoritaires (principalement dans le nord du pays). Chaque ethnie a conservé ses traditions, ses tenues vestimentaires, sa langue et ses coutumes. Lors de ce voyage, nous avons rencontré les habitants des ethnies Tay, Hmong, Thais blancs et Thais noirs, Dao.

La religion principale est le bouddhisme, mais beaucoup d’autres religions sont représentées, notamment catholique (30%), taoïste, musulmane. D’une superficie de 333 000 km2 (soit la moitié de celle de la France), le Vietnam est composé de 3 grandes régions : le nord, le centre, le sud. Le Vietnam a été chinois pendant 1000 ans (la dernière dynastie était celle des Nguyên en 1802) puis français pendant près de 100 ans et ensuite américain pendant 30 ans.

L'indépendance d'une partie du pays est proclamée en 1945 avec la création de la République Démocratique du Vietnam par Hô Chi Minh dont le nom a été donné en 1975 à la capitale économique Saïgon une fois le nord et le sud réunifiés. Membre-fondateur du Parti Communiste Français, Hô Chi Minh a vécu à Paris avant de devenir le fondateur du Parti Communiste Vietnamien. Dans ce pays, actuellement la République Socialiste du Vietnam, il n'y a pas d’élection, puisque c’est un parti unique qui dirige. Le bureau politique est composé de 15 personnes qui sont à la tête du pays. Dans ce paysage, les religions et traditions des ethnies sont respectées mais elles doivent s’adapter à la politique. C’est une forme de liberté limitée et surveillée, avec beaucoup de policiers en civil.

Avant 1856, la langue vietnamienne utilisait l’écriture chinoise. C’est un jésuite français (Alexandre de Rhodes) qui a introduit l’alphabet romain et créé l’écriture vietnamienne.

Le salaire moyen est d’environ 300 dollars, et le taux de chômage de 4%. Le drapeau vietnamien (rouge avec une étoile jaune à 5 branches) représente le sang et la couleur jaune, celle du communisme, avec les 5 catégories de la société : agriculteurs, commerçants, ouvriers, militaires, intellectuels.

















Un pays attachant

Je retiendrai de ce voyage la gentillesse des Vietnamiens, leur calme et leurs visages souriants. Et bien sûr les paysages magnifiques et la cuisine excellente. Le charme et l'énergie débordante d'Hanoï et la beauté de la baie d'Ha Long avec ses 2000 îles "flottantes" ;).















Un grand merci à Nicolas et Franck de RedLed pour le montage d'un clip de 3 minutes sur ce voyage, à découvrir ici !!!


Si vous avez aimé cet article, n'hésitez pas à le partager ou à inscrire vos commentaires ;)


Je vous invite également à suivre mon blog en indiquant votre adresse email (Follow by email), afin de recevoir chaque nouvel article publié ! Merci ;)